Droits humains et patrimoine culturel: les villes signent la Déclaration de Genève

La Déclaration de Genève a été adoptée et signée le 26 mars dernier.

La Déclaration de Genève « Droits humains et patrimoines culturels: L’engagement des villes solidaires » vise à mieux préciser les obligations des villes dans les processus de réhabilitation et à émettre des propositions de mise en œuvre, notamment sur les mécanismes participatifs et inclusifs dans l’identification de ce qui représente le patrimoine culturel, En savoir plus

Comment :0

Le patrimoine culturel, un bien commun. Pour qui et pourquoi ?

Congrès organisé par le Centre national d’information sur le Patrimoine en Suisse. Les 15 et 16 mars 2018, Berner Fachhochschule – Architektur, Bienne.

Le congrès a pour but de lancer la discussion sur cette nouvelle manière de considérer le patrimoine, afin de marquer le début de l’Année européenne du patrimoine culturel et d’accompagner le processus politique de ratification de la Convention de Faro. Il posera des questions aussi essentielles que provocantes, telles que: « Pourquoi et pour qui faut-il sauvegarder notre patrimoine culturel ? » « Avons-nous besoin d’un patrimoine culturel ? » « Toute la population peut-elle en profiter ? » En savoir plus

Comment :0

Les communautés patrimoniales en débat

Rencontre organisée en partenariat avec La Gare Franche. Mardi 7 et mercredi 8 février 2017, La Gare Franche, Marseille. 

Ce premier rendez-vous de la recherche-action Patrimoines et biens communs offrira aux participants l’occasion de se familiariser avec les fondamentaux des droits culturels, notamment à travers un approfondissement de la notion de communautés patrimoniales défendue dans la Convention de Faro. 

En savoir plus

Comment :0

Chantier Patrimoine et biens communs

Dans le cadre de la démarche Paideia.

Nous avons déjà eu l’occasion de partager les réflexions que nous avons menées avec les acteurs du réseau autour des biens communs. (1234)
Ces réflexions convergent dans le chantier Patrimoines et biens communs de la démarche. La question du patrimoine culturel, mise au travail dès 2014 avec Paideia, nous a semblé faciliter la compréhension de la manière dont les communs peuvent contribuer à changer notre façon de concevoir ce qui fait patrimoine. En savoir plus

Comment :0

Restitution du projet « Chercheurs citoyens »

Journée organisée par l’Union des Gens du Textile, l’Association des Anciens Salariés du Peignage de la Tossée, l’IRHiS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion), l’Université populaire et citoyenne de Roubaix. Le jeudi 2 juin, Université de Lille Sciences Humaines et Sociales IRHiS – Salle de séminaire A1 152.

Les initiatives menées par l’association des Anciens Salariés du Peignage de la Tossée, l’Université Populaire et Citoyenne de Roubaix et l’Union des Gens du Textile en faveur de la reconnaissance et de la transmission du patrimoine lié aux activités lainières et textiles ont conduit à la réalisation d’un programme de recherche « Chercheurs Citoyens » qui s’achève en 2016.
Ce travail collaboratif, réalisé avec le laboratoire IRHiS, a permis de procéder à l’inventaire de nombreuses ressources, d’analyser le paysage d’acteurs, de réfléchir aux pratiques de médiation historique et de construire une démarche participative avec les anciens et actuels salariés du domaine textile.

En savoir plus

Comment :0

Propositions pour une politique publique patrimoniale en faveur du droit au patrimoine

Contribution de Prosper Wanner de la coopérative marseillaise Hôtel du Nord.

Dans ce post, à partir de l’expérience marseillaise d’Hôtel du Nord et suite à l’adoption de l’article 103 de la Loi NOTRe, l’auteur fait des propositions de ce que pourrait être une politique publique patrimoniale en faveur du droit au patrimoine culturel et qui pourraient être discutées, amendées, reprises et expérimentées par une collectivité. Des propositions qui contribueraient à répondre à certains de ces questionnements : comment passer de la logique de la politique de « l’offre culturelle » et « des publics » à celle d’une écoute de la demande sociale ? Comment encourager chacun à participer dans le cadre de l’action publique au processus d’identification, d’étude, d’interprétation, de protection, de conservation et de présentation du patrimoine culturel ? Comment passer de la désignation des « publics bénéficiaires » à l’initiative citoyenne? Quelle répartition des compétences, des responsabilités et des actions en matière de patrimoine culturel entre l’État, les collectivités territoriales et les citoyens ? Quelles coopérations possibles ? Comment l’institution publique, garante de l’intérêt général, peut-elle être aussi garante des droits culturels ?

Comment :0

Balades urbaines autour des communs à Marseille

Le 18 novembre dernier nous étions à Marseille pour une balade autour de l’oppidum de Verduron dans le quartier de l’Estaque.

Cette balade était organisée par les membres d’ Hôtel du Nord, une coopérative d’habitants qui développe un ensemble d’activités dans le but de préserver et valoriser ce qui fait récit commun dans les quartiers nord et plus largement dans Marseille et la région. Cette balade s’inscrit dans le “triptyque” des balades menées à Paris, Marseille et Lille par Remix the commons en collaboration avec la Fondation de l’écologie politique. En s’appuyant sur le Convention de Faro, les membres de la coopérative et leurs partenaires œuvrent pour une protection du patrimoine archéologique de l’oppidum et pour valoriser les récits des habitants liés aux quartiers nord de Marseille. Les sons de la balade peuvent être écoutés ci-dessous.

En savoir plus

Comment :0

Éprouver l’interculturalité

Rencontre-colloque organisé par le Groupement d’intérêt scientifique “Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles”. Les jeudi 19 et vendredi 20 novembre, Musée national de l’histoire de l’immigration, Paris.

Depuis une dizaine d’années, on assiste à l’émergence de nouvelles façons de faire patrimoine, de faire de la recherche, de croiser des pratiques professionnelles et citoyennes. Ces expériences multiples, le Groupement d’intérêt scientifique « Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles » les a tissées en les mettant au cœur de sa démarche de questionnement des évidences, de croisements de points de vue, de décalages de position : une démarche interculturelle. En rassemblant à la fois des représentants des mondes de la culture, du patrimoine, de la recherche et d’associations, dans une volonté de production de connaissances partagées et de transformation des conceptions et des pratiques, en questionnant ce qui (ne) fait (pas) patrimoine et au nom de quoi, le GIS Ipapic a mis l’interculturalité à l’épreuve.

Comment :0

Peut-on parler de patrimoine numérique ?

Conférence prononcée par Véronique Bonnet dans le cadre de la 32ème édition des Journées Européennes du Patrimoine sur le thème « Patrimoine du 21ème siècle, une question d’avenir ». Le samedi 19 septembre, Médiathèque Jeukens, Bar-le-Duc (Meuse).

Alors que la numérisation rend d’éminents services aux archéologues, historiens, conservateurs, qu’en est-il du patrimoine numérique lui-même ? L’informatique, dans sa pérennité évanescente, ne secrète-t-elle que des métadonnées confuses, ou peut-elle, à certaines conditions, se faire l’architecte d’une appropriation culturelle forte ? Cet conférence évoquera la question du Big Data, des Communs, et du Free Software, repères pour le citoyen du 21ème siècle.

Comment :0

D’autres gestes : usages des patrimoines

Journée d’étude organisée par le Collège d’études mondiales de la FMSH dans le cadre du programme Global South(s). Le samedi 13 juin, Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, Paris.

D’autres gestes donne la parole à différent-e-s artistes, chercheur-se-s mais aussi collectifs et institutions qui interrogent les modalités de constitution, de conservation, de circulation et d’interprétation des archives et des patrimoines numérisés. Les œuvres présentées témoignent du rôle compliqué joué par la maitrise des outils de conservation et de diffusion du patrimoine (parfois celui des autres) dans la construction identitaire et idéologique des Etats après les indépendances. Alors que la légitimité de l’idée de Nation se trouve aujourd’hui mise à mal par la globalisation, les enjeux des archives et du patrimoine se déplacent. Quelles sont les alternatives possibles à l’institution nationale de l’archive ? Quels gestes, quels usages et quels réseaux sont-ils en jeu pour faire du patrimoine un outil d’émancipation et de connaissance ?

Comment :0

Médiation du patrimoine des migrations

Journée d’étude proposée par les séminaires Anthropologie des médiations du patrimoine et Mémoires et patrimonialisations des migrations (EHESS). Le mardi 19 mai, Musée d’histoire de l’immigration, Paris. 


Indissociable de toute expérience patrimoniale, la médiation est devenue si évidente qu’on ne la voit plus et c’est d’ailleurs à l’aune de cette invisibilité que l’on mesure son efficacité. 
Rapportée au patrimoine des migrations, la question de la médiation apparaît vite centrale, parce qu’intrinsèquement liée à son affirmation même. Composant avec la ténuité voire l’absence de traces matérielles susceptibles de rendre compte de l’histoire des origines, de l’exil et de l’installation, ce patrimoine existe pour l’essentiel dans et par l’acte de transmission. Aussi tend-il à se confondre avec sa médiation qui lui est consubstantielle. Marqué au coin du désir de reconnaissance, pourrait-il en effet se passer de médiation ? En savoir plus

Comment :0

Convention-cadre sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (Faro, 2005)

Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société.

Alors que les autres conventions internationales en matière de patrimoine ont pour objet de traiter des modalités de la protection et de la conservation des biens culturels, la Convention de Faro aborde la question du pourquoi et du pour qui transmettre le patrimoine. Elle repose sur l’idée que la connaissance et la pratique du patrimoine sont un aspect du droit des citoyens de participer à la vie culturelle tel que défini dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. En savoir plus

Comment :0
Aller à la barre d’outils