[EXPO] ATLAS DES ARCHITECTURES DE LA JUNGLE

Exposition en cours à la Librairie Volumes à Paris. Finissage et rencontre publique le 14 septembre.

Tout l’été, les dessins extraits de l’Atlas des architectures de la Jungle seront exposés dans la librairie. Un événement de rentrée sous forme de finissage y sera organisé le jeudi 14 septembre à 19h afin d’échanger autour de ce travail avec plusieurs personnes ayant participé au projet Réinventer Calais. En savoir plus

Comment :0

Archipels, « Tourmentes et migrations »

Rencontre autour d’Archipels, nouvelle revue culturelle européenne, organisée par Cassandre/Horschamp et Culture & Démocratie. Le 3 décembre, Musée National de l’Histoire de l’immigration, Paris.  

Pour la sortie du premier numéro de la nouvelle publication européenne, art, culture et société, Archipels, « Tourmentes et migrations », l’équipe de Cassandre/Horschamp nous invite à une grande rencontre. Elle sera le moyen de développer une réflexion autour des problématiques et des difficultés soulevées par l’état actuel de l’Europe, En savoir plus

Comment :0

NON-LIEUX DE L’EXIL

Site consacré aux travaux  de l’initiative scientifique Non-lieux de l’exil, dirigée par A. Galitzine-Loumpet et A. Nuselovici (Nouss), Collège d’études mondiales, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

Qu’ont en commun Ovide et Dante, Edward Saïd et Julio Cortázar, l’artiste ayant fui l’Allemagne nazie ou la Russie stalinienne au siècle dernier et, de nos jours, l’ouvrière mexicaine de Los Angeles, le demandeur d’asile à Rome ou Paris, le clandestin de Calais ou de Lampedusa ? Les causes sont diverses et les circonstances différentes mais ils partagent tous une même expérience, celle de l’exil, que nous nommons « expérience exilique ». La penser permettrait de mieux appréhender les phénomènes migratoires contemporains – le migrant est d’abord un exilé -, et leur devenir dans la durée, l’héritage de l’exil touchant plusieurs générations. Dans le cadre de cette recherche, une rencontre « Exils & camps » se tiendra le 4 mai prochain.

Comment :0

Ouvrons nos lieux !

Appel lancé par Arcadi et les structures culturelles franciliennes.

L’Europe assiste sur son territoire au plus grand mouvement de population de ses soixante-dix dernières années. L’Europe n’est pas étrangère à l’histoire des pays dont proviennent ces populations. L’Europe et les Européens se souviennent à travers eux de leur propre histoire. Chaque jour de nouvelles familles, des personnes seules, au risque de leur vie, décident de fuir leurs pays dévastés par des régimes et des guerres d’une sauvagerie inouïe. L’Europe s’honorerait d’accueillir dignement tous ces réfugiés.

Théâtres, salles de spectacle, centres d’art et de création, lieux de culture – les missions de nos maisons sont d’être des espaces publics, des aires de partage démocratiques, propices au rassemblement et à l’expression collective, à l’innovation et à l’expérimentation. Nous refusons de rester spectateurs face au drame que vivent les réfugiés, nous refusons l’indifférence et l’immobilisme, car nos lieux sont synonymes d’engagement et de promesses. Participer à l’utopie d’un monde meilleur fait partie de notre vocation.

Ouvrons nos lieux largement, concrètement, symboliquement, du mieux que nous le pouvons, comme chacune de nos maisons nous le permet, en fonction de nos forces, dans la mesure de nos moyens.

En savoir plus

Comment :0

Médiation du patrimoine des migrations

Journée d’étude proposée par les séminaires Anthropologie des médiations du patrimoine et Mémoires et patrimonialisations des migrations (EHESS). Le mardi 19 mai, Musée d’histoire de l’immigration, Paris. 


Indissociable de toute expérience patrimoniale, la médiation est devenue si évidente qu’on ne la voit plus et c’est d’ailleurs à l’aune de cette invisibilité que l’on mesure son efficacité. 
Rapportée au patrimoine des migrations, la question de la médiation apparaît vite centrale, parce qu’intrinsèquement liée à son affirmation même. Composant avec la ténuité voire l’absence de traces matérielles susceptibles de rendre compte de l’histoire des origines, de l’exil et de l’installation, ce patrimoine existe pour l’essentiel dans et par l’acte de transmission. Aussi tend-il à se confondre avec sa médiation qui lui est consubstantielle. Marqué au coin du désir de reconnaissance, pourrait-il en effet se passer de médiation ? En savoir plus

Comment :0
Aller à la barre d’outils