Les droits culturels dans la Loi NOTRe à l’INSET de Dunkerque

Journée d’actualité organisée en collaboration avec le Réseau culture 21 et l’IIEDH de Fribourg. Avec Marie-Christine Blandin, Sénatrice du Nord et Patrice Meyer-Bisch, coordinateur de l’IIEDH de Fribourg, Sonia Pignot, adjointe à la culture, au patrimoine et à la mémoire de la ville de Saint-Denis et Jean-Damien Collin, directeur du développement culturel du Territoire de Belfort. Le vendredi 13 mai, INSET de Dunkerque.

En savoir plus

Comment :0

Le nouveau monde. Théâtre temporaire

Projet de construction participative d’un théâtre dans le Sud-Ouest. Porté par le groupe artistique transdisciplinaire la Langue écarlate.

Ce projet invite la population à imaginer, élaborer et construire un théâtre en matériaux de récupération qui soit un lieu de culture, de rencontre et d’échange. Le Nouveau monde pose le théâtre comme vecteur pour construire conjointement une autre façon d’envisager le monde d’un point de vue écologique, politique et économique et le lieu culturel comme référence emblématique des préoccupations environnementales, sociales et culturelles collectives. Il s’agira d’un nouveau lieu fabriqué avec une pensée nouvelle qui modifie le regard porté sur les matériaux, sur les possibles qu’ils contiennent. Cela, pour  renverser l’image d’un monde rural délaissé culturellement et le montrer pour ce qu’il est : l’espace d’une géographie du futur, un champ des possibles d’un nouveau modèle social.

Comment :0

NON-LIEUX DE L’EXIL

Site consacré aux travaux  de l’initiative scientifique Non-lieux de l’exil, dirigée par A. Galitzine-Loumpet et A. Nuselovici (Nouss), Collège d’études mondiales, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

Qu’ont en commun Ovide et Dante, Edward Saïd et Julio Cortázar, l’artiste ayant fui l’Allemagne nazie ou la Russie stalinienne au siècle dernier et, de nos jours, l’ouvrière mexicaine de Los Angeles, le demandeur d’asile à Rome ou Paris, le clandestin de Calais ou de Lampedusa ? Les causes sont diverses et les circonstances différentes mais ils partagent tous une même expérience, celle de l’exil, que nous nommons « expérience exilique ». La penser permettrait de mieux appréhender les phénomènes migratoires contemporains – le migrant est d’abord un exilé -, et leur devenir dans la durée, l’héritage de l’exil touchant plusieurs générations. Dans le cadre de cette recherche, une rencontre « Exils & camps » se tiendra le 4 mai prochain.

Comment :0
Aller à la barre d’outils