Diversité culturelle : lutter contre les amalgames

Les droits culturels sont définis dans la Déclaration de l’Unesco de 2001 (art. 5) en tant que cadre propice à la diversité culturelle.
L’article 6 de cette même Déclaration précise également que « (…) La liberté d’expression, le pluralisme des médias, le multilinguisme, l’égalité d’accès aux expressions artistiques, au savoir scientifique et technologique – y compris sous la forme numérique – et la possibilité, pour toutes les cultures, d’être présentes dans les moyens d’expression et de diffusion, sont les garants de la diversité culturelle ».

L’appel « Décoloniser les arts » qui circule depuis quelques semaines dans les médias interpelle les institutions nationales et internationales à propos de la nécessité de garantir une juste visibilité de la diversité culturelle sur nos scènes, sur nos écrans, afin de lutter contre les discriminations dans le spectacle vivant et les arts à l’encontre « des populations minorées et post-coloniales ». L’argument proposé En savoir plus

Comment :0

3 jours de formation-action : Les droits culturels en actes, traduire l’article 103 de la loi NOTRe

3 journées d’expérimentation et de partage d’expériences proposées par Réseau culture 21 et l’IIEDH de Fribourg. Avec Patrice Meyer-Bisch, philosophe, Vincent Lalanne, consultant-fomateur et des intervenants des collectivités partenaires de la démarche Paideia. Formation facilitée et documentée par Irene Favero et Christelle Blouët. Les 19, 20 et 21 septembre 2016, Paris.

• Que recouvrent précisément les droits culturels ?
• Comment les traduire dans les politiques publiques ?
• Comment les organisations de la société civile peuvent-elles s’en saisir ?

Le respect des droits culturels est désormais reconnu comme le cadre de référence de l’exercice conjoint de la compétence culturelle par les collectivités territoriales et l’État par l’article 103 de la loi NOTRe.
Les retours d’expériences des collectivités engagées dans la recherche-action Paideia initiée depuis 4 ans par le Réseau culture 21 et l’Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’Homme de l’Université de Fribourg (IIEDH) permettent d’éclairer le champs des possibles qui s’ouvrent désormais avec ce nouveau cadre de référence : la culture comme une dimension transversale à l’ensemble des politiques publiques.
Les participants à cette formation-action pourront développer leur appropriation des enjeux tout en s’outillant pour l’analyse et la traduction des droits culturels dans leur propre contexte. Des méthodes d’intelligence collective permettront de développer un travail coopératif. Un matériel d’observation et d’analyse des pratiques sera proposé.

Comment :0

Vers une démocratie approfondie dans les fonctions collectives

Vidéo de l’intervention de Luc Carton, philosophe, chargé de mission à la Direction générale de la culture au Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Réalisée à l’occasion du deuxième module du chantier création de la démarche Paideia, le 24 mars, Mains d’œuvres, Saint-Ouen.

Luc Carton propose une grille d’analyse des « opérations culturelles » qui ont fait l’objet des ateliers de la journée. Son analyse révèle comment 
les cas d’école témoignent du besoin d’ouvrir les possibilités d’interpréter le monde, vérifient le besoin du travail de la culture et libèrent et instruisent le pouvoir d’agir créatif des individus aux interstices de institutions, là où la question de la signification ne semble plus être posée.

En savoir plus

Comment :0

La participation : prendre, apporter et recevoir une part

Vidéo de l’intervention de Joëlle Zask, philosophe, Maître de conférence à l’Université de Provence. Réalisée à l’occasion du deuxième module du chantier création de la démarche Paideia, le 24 mars, Mains d’œuvres, Saint-Ouen.

Selon Joëlle Zask, les dispositifs observés révèlent la complémentarité entre les trois dimensions de la participation qu’elle détaille par le « prendre part », « apporter une part » et « recevoir une part ». Cette analyse permet une distinction entre les actions qui appellent à une participation des habitants fondée sur l’adhésion des participants à un projet établi par d’autres, et les projets qui permettent à chacun de contribuer à une entreprise qui œuvre à la construction du commun, dans une démarche véritablement démocratique.

En savoir plus

Comment :0
Aller à la barre d’outils