Coopération, contribution, le travail autrement ?

Cabaret de l’Union, organisé par Travail et culture en partenariat avec la Condition publique. Mercredi 12 octobre 2016, La Condition Publique, Roubaix.

Le monde du travail est en crise, ses modèles sociaux dominants les plus classiques, l’emploi et le salariat, semblent s’épuiser et ne plus être en mesure de réaliser les promesses du Travail : tenir ensemble rétribution et reconnaissance de la personne, activité productive et épanouissement personnel. D’autres pistes émergent au travers d’ expériences et lieux qui ré-insufflent, non sans ambiguïtés, plus d’horizontalité dans les rapports de travail, de coopération dans l’activité. Ces expériences (coopératives, travail en coworking, makerspaces, etc.) qui tentent d’inventer de nouveaux rapports à l’activité de travail et aux autres, sont-elles de nouveaux modèles pour penser le Travail autrement ?

Comment :0

Pour une responsabilité conjointe en matière culturelle : quelles coopérations ?

Dans le cadre de la démarche Paideia, avec François Pouthier et Johanne Bouchard. Le vendredi 9 septembre, Maison de l’Artisanat – Coutances.

Cette journée est organisée par le Département à une échelle régionale. Elle visera à interroger l’articulation entre les différentes collectivités et l’État face à la responsabilité désormais conjointe en matière culturelle (Loi NOTRe, article 103). En savoir plus

Comment :0

Souveraineté et coopérations

Guide pour fonder toute gouvernance démocratique sur l’interdépendance des droits de l’homme. Par Patrice Meyer-Bisch, Stefania Gandolfi, Greta Balliu, Publié par Globethics.net.

Ce document se présente comme une clarification conceptuelle et stratégique des liens étroits entre droits de l’homme et gouvernance démocratique, entre renforcement des capacités et participation. Il est produit par, et destiné à des : responsables de politiques et de structures publiques, d’organisations de la société civile ou d’entreprises, pour l’orientation, le suivi et l’évaluation des stratégies, praticiens pour le montage interactif des projets, de leur suivi et de leur évaluation, étudiants et responsables de formation, afin de consolider et d’argumenter la légitimité et la fécondité des approches transversales basées sur les droits de l’homme en développement.

« (…) la souveraineté d’un peuple ne peut s’exercer dans l’ignorance des droits, libertés et responsabilités de toutes les personnes qui se trouvent sur son territoire, ni de ceux des autres peuples. Démocratie interne et externe sont de fait inséparables ».

En savoir plus

Comment :0
Aller à la barre d’outils