Le patrimoine culturel, un bien commun. Pour qui et pourquoi ?

Congrès organisé par le Centre national d’information sur le Patrimoine en Suisse. Les 15 et 16 mars 2018, Berner Fachhochschule – Architektur, Bienne.

Le congrès a pour but de lancer la discussion sur cette nouvelle manière de considérer le patrimoine, afin de marquer le début de l’Année européenne du patrimoine culturel et d’accompagner le processus politique de ratification de la Convention de Faro. Il posera des questions aussi essentielles que provocantes, telles que: « Pourquoi et pour qui faut-il sauvegarder notre patrimoine culturel ? » « Avons-nous besoin d’un patrimoine culturel ? » « Toute la population peut-elle en profiter ? » En savoir plus

Comment :0

Peut-on parler de patrimoine numérique ?

Conférence prononcée par Véronique Bonnet dans le cadre de la 32ème édition des Journées Européennes du Patrimoine sur le thème « Patrimoine du 21ème siècle, une question d’avenir ». Le samedi 19 septembre, Médiathèque Jeukens, Bar-le-Duc (Meuse).

Alors que la numérisation rend d’éminents services aux archéologues, historiens, conservateurs, qu’en est-il du patrimoine numérique lui-même ? L’informatique, dans sa pérennité évanescente, ne secrète-t-elle que des métadonnées confuses, ou peut-elle, à certaines conditions, se faire l’architecte d’une appropriation culturelle forte ? Cet conférence évoquera la question du Big Data, des Communs, et du Free Software, repères pour le citoyen du 21ème siècle.

Comment :0

De la fabrication institutionnelle des impuissances-à-agir au développement d’un empowerment

Les cahiers du commun #2.

« Le travail du commun implique un processus de capacitation, à savoir une montée collective en capacité. C’est donc sur ce plan spécifique qu’il me semble nécessaire de poser la question de l’empowerment. Travail du commun et empowerment sont deux processus qui se développent en dépendance réciproque, l’une se posant nécessairement comme le présupposé de l’autre, et toujours réciproquement. Quelle serait la pertinence d’un travail du commun s’il n’apportait pas au collectif des perspectives d’action et de pensée plus ambitieuses et plus stimulantes ? » Pascal Nicolas-Le Strat

Comment :0
Aller à la barre d’outils