Biens communs et territoires : enjeux et perspectives

Séminaire organisé dans le cadre du projet BISCOTE. Séminaire du mardi 21 mars 2017, Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP), Paris.

Le projet scientifique « BIenS COmmuns et TErritoire » (BISCOTE) porte sur le thème émergent des biens communs en tant que nouvelle approche de création et de gestion des ressources urbaines et territoriales. Le projet se décline en deux volets. Un volet théorique et conceptuel structuré autour de séminaires et d’échanges entre chercheurs, et avec des praticiens. Un volet plus empirique et opératoire construit autour de l’identification et de l’analyse de ces « nouveaux communs », et des initiatives y afférant en France et à l’étranger. L’objectif est d’alimenter les débats, de comprendre les logiques et processus à l’oeuvre, et surtout d’identifier les difficultés et les bonnes pratiques en la matière. En savoir plus

Comment :0

L’art déclare

En ce début d’année électorale, le SYNDEAC rend publiques 70 propositions, des positions, des questions, des interviews et des témoignages.

Ce sont autant d’outils citoyens et politiques pour débattre, et vivre activement les élections présidentielles et législatives sans jamais oublier les arts et la culture. Le Syndéac propose aux candidats, aux habitants, aux élus, aux responsables et aux professionnels de la culture, du social, de l’éducation et de la recherche de s’emparer de ces outils. Nous avons besoin d’art pour imaginer l’avenir. C’est l’affirmation du site « l’art déclare » que le Syndéac nous invite à découvrir, faire connaître et partager. Trois propositions (32, 33, 34) sont explicitement consacrées à la question des droits culturels.

Comment :0

D’ici demain midi

Restitution vidéo de l’Université buissonnière #7 qui s’est tenue les 24 et 25 janvier 2017 à La Rochelle, en partenariat avec le CNAR Sur le Pont, la fédération Grand’rue de Nouvelle Aquitaine, et l’Université de La Rochelle. 

Inspiré du Manifeste pour la création artistique dans l’espace public, le programme de ce temps intensif mais convivial (à moins que ce ne soit le contraire) proposait un retour sur les droits culturels, une exploration des enjeux de l’espace public face aux restrictions de l’état d’urgence, un travail sur la co-construction et ses outils (les SODAREP), et sur le 1% Travaux publics. L’idée étant, en cette année électorale, de décliner le contenu du Manifeste comme outil de programme.

Comment :0

Projets de réalité virtuelle/augmentée pour la culture et l’éducation

Rencontre professionnelle organisée par le musée des sciences CCSTI de Laval et l’Amcsti. Les 22 et 23 mars 2017 à Laval, dans le cadre du salon Laval Virtual (Mayenne).

Cette rencontre proposera d’explorer les enjeux de l’utilisation de la réalité virtuelle et augmentée dans les projets de médiation et les contraintes de la rédaction d’un cahier des charges pour la réalisation d’un tel projet. Les questions qui seront soulevées : comment bien se comprendre entre développeurs d’application et chef de projet culturel, médiateur et conservateur ? Quels sont les éléments de langage et de méthodologies à partager ? Qu’est ce que sont réellement les technologies de RV et de RA ? Qu’apportent-elles en plus à la médiation à mes publics ? Sont-elles adaptées à mon projet et à mes besoins ? Quels sont ses intérêts pédagogiques ?

Comment :0

PTCE et citoyenneté

5e Journée nationale des PTCE organisées par le Mouvement pour l’Économie solidaire. Le 28 mars, PTCE le PHARES, Pôle d’Hospitalité des Activités à Rayonnement écologique et solidaire à l’Île Saint Denis.

Ces journées permettront d’approfondire la question de la citoyenneté économique au cœur des processus de coopération à l’œuvre dans les Pôles Territoriaux de Coopérations Économiques. Le Mouvement pour l’Economie Solidaire inscrit cette question au cœur de son projet. Cette rencontre sera organisée en partenariat avec Plaine Commune, ALICECOOP, le COORACE, le RTES et l’institut JB Godin et plusieurs PTCE d’île de France : Le PHARE, Brie’Nov, Pole NOE, la Coopérative culturelle de l’Essonne.

Comment :0

Comment les droits culturels questionnent la place des artistes et de la création artistique dans la société

Rencontre dans le cadre du 2e forum des Lucioles, organisée en partenariat avec le Synavi et Les Détours de Babel. Le samedi 25 mars, Le Ciel, Grenoble.

L’objectif de ce forum  est de s’interroger d’une part, sur le rôle des artistes dans la société et, d’autre part, sur la fonction de l’art, à travers la création artistique, et plus généralement des pratiques artistiques (réception, diffusion, formation…).

Cette interrogation sera conduite à partir du changement de point de vue que les droits culturels introduisent dans la réflexion sur les politiques publiques en matière de culture.

Comment :0

Les droits culturels, qu’est-ce que ça change ?

Dans le prolongement de sa 1ère Université d’Hiver, qui s’est tenue le 10 janvier à Lyon, le SYNAVI publie une contribution publique sur les droits culturels.

La politique publique doit garantir les droits culturels de tous. En font partie les droits culturels des artistes, notamment la liberté de la création et de la programmation artistique. Cette liberté est ainsi fondée sur une obligation d’intérêt général. La collectivité publique accorde les moyens nécessaires pour que ces droits puissent s’exercer.

Si le référentiel de la politique publique est celui des droits culturels, le soutien à la création artistique n’a pas besoin d’autres justifications que lui-même. Ce n’est pas le fait que la création puisse être utile au développement ou au rayonnement du territoire, au renforcement du lien social, au développement économique, qui peut justifier un tel soutien. Ni l’engagement des artistes à œuvrer à la « démocratisation de la culture ».

Lire la suite

Comment :0

Les projets culturels participatifs en quartiers populaires : un serpent qui se mord la queue ?

Le vendredi 17 mars 2017, de 9h à 16h30 à La Couple de la Maison de l’Etudiant, à l’Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis
Retours d’expériences et analyses partagées à la lumière des droits culturels, dans le cadre de la restitution du projet Recettes & Ressources d’ici subventionné par le Fond de Solidarité et Développement des Initiatives Etudiantes (FSDIE) de l’Université Paris 8, et porté par l’association CIVD

Recettes & Ressources d’ici est une toute première initiative de « faire avec », de co-construire, de collaborer, ou de faire participer, développée durant l’année 2015-2016 dans le quartier du Franc-Moisin Bel-Air Stade-de-France à Saint-Denis : à partir des recettes de cuisine en particulier et des « ressources humaines » en général, un cadre voué à être investi et recomposé par les habitants d’un quartier dans l’optique d’un travail communautaire, qui fut avant tout une expérience d’humanité sans équivalent, une découverte de soi et des autres, une confrontation de ses propres capacités et désirs à une réalité complexe, et l’occasion d’une rencontre avec la richesse d’initiatives dionysiennes « de faire collectif ».

Comment :0

La création au regard des droits culturels, module 4

Les mercredi 15 et jeudi 16 mars 2017 de 9h30 à 17h30
Le Vent se lève, 181 avenue Jean-Jaurès 75019 Paris

Analyse des problématiques de création au regard des droits culturels
Jeu des controverses sur les enjeux du respect des droits culturels dans la création
Module 4 de la recherche-action, avec Anne Aubry, Christelle Blouët et Jean-Pierre Chrétien-Goni

Parler en termes de « processus » de création, c’est concevoir que l’œuvre ne dépend pas d’un seul génie créateur, et que la valeur créée dépasse l’œuvre elle-même. Cette recherche-action nous met au défi de la description et de la représentation des démarches de création pour en saisir à la fois les ressorts et les dynamiques dans l’objectif de mieux identifier ce qui permet d’en faire un levier de développement de la citoyenneté.
Le contexte national de la loi NOTRe et de la loi création architecture et patrimoine comme les fortes tensions sociétales actuellement déplorées ont relevé de manière significative le niveau d’intérêt pour une meilleure prise en compte des droits culturels de chacun et la nécessité de développer une approche basée sur les droits de l’homme en valorisant les réalités territoriales.
L’année 2016 a permis l’analyse d’une dizaine de processus artistiques mais aussi scientifiques et alimentaires au regard des droits culturels. Ces processus de recherche et les mises en tensions qu’ils supposent ont déployé leur complexité. Le travail et la transformation en constituent les conditions premières. Discontinuité, rupture, prise de risque, choix et résistance… Cette nouvelle session propose de porter une attention particulière sur les controverses qui ont émergées de ces analyses de cas.

Comment :0

Psychotropification de la société

Edition 2017 du Journal des Laboratoires d’Aubervilliers.

« Explorer la « Psychotropification de la société », comme nous l’avons fait lors de la saison 2015-2016 aux Laboratoires d’Aubervilliers, c’était ouvrir la porte aux invisibles et aux invisibilisés qui nous entourent. Ces derniers s’incarnent dans de multiples entités avec lesquelles nous devons composer, notamment les microcommunautés construites en réponse à des modèles qui ne leur correspondent pas – celles des entendeurs de voix, des trans, des prostitué-e-s, des consommateurs de drogues, des personnes atteintes de maladies rares, des personnes vivant avec des obsessions trop dérangeantes pour être révélées au grand jour et pour les partager comme des expériences qui pourraient se révéler communes à d’autres gens. Soit autant de puissances d’agir avec lesquelles nous devons composer progressivement un monde commun. À travers ces invisibles, c’est un autre rapport au monde qui se compose, nous amenant à considérer autrement les frontières qui nous entourent et à recomposer notre propre expérience ». En savoir plus

Comment :0

Droits culturels : controverses et horizons d’action

L’Observatoire des politiques culturelles consacre le n°49 de sa revue aux droits culturels. 

Les droits culturels sont reconnus de longue date dans de multiples textes internationaux. Les voici intégrés dans notre législation (loi NOTRe et loi LCAP). Ils offrent de multiples horizons d’action pour approfondir et repenser les politiques publiques. Toutefois, l’adoption de cette notion dans la loi a fait l’objet de débats nourris au Sénat comme à l’Assemblée nationale et suscite des controverses parmi les professionnels de la culture. Quels sont les malentendus ou les craintes qu’elle soulève ? Qu’apporte-t-elle de nouveau ou de complémentaire dans notre approche des politiques culturelles ? Quelles en sont les différentes interprétations ? Comment les traduire en actes ?
L’ambition de ce dossier de l’Observatoire est de fournir un maximum de clés théoriques, politiques, historiques, ainsi que présenter des exemples et des points de vue variés d’élus, de philosophes, de politologues, de juristes, de responsables culturels.

Comment :0

RENCONTRES INTER PROFESSIONNELLES ADOLESCENCE: CULTURE / ÉDUCATION JUSTICE / SANTÉ

Rencontres inter-professionnelles organisées par La Minoterie, pôle de création Jeune public et d’éducation artistique, dirigé par la Compagnie L’Artifice. Les 23 et 24 mars, La Minoterie, Dijon. 

Cette rencontre permettra d’interroger « l’adolescence » dans son rapport à nous, adultes, professionnels de la culture, de l’éducation, de la justice et de la santé, qui tentons de créer les conditions d’accompagnement de ces êtres en devenir et en construction. Dans un contexte où les adultes eux-mêmes sont parfois en perte de repère, quel soutien pouvons-nous prétendre constituer ? Quelles stratégies adopter pour comprendre ces étrangers familiers que sont les adolescents et répondre à des attentes qu’ils auraient vis à vis de nous ? Avec des professionnels de différents horizons, le rencontre permettra de poser la question de l’émancipation de l’individu et de la construction du citoyen au regard de la capacité à imaginer des projets pour les adolescents d’aujourd’hui.
Ce rendez-vous s’appuiera sur les apports théoriques de spécialistes, des expériences concrètes de professionnels et sur l’expertise de chacun des participants.

Comment :0

Lancement de la campagne #AuxSons pour la diversité culturelle et musicale

Campagne lancée par Zone Franche, le réseau des musiques du monde pour faire entrer la diversité culturelle et musicale dans les débats des élections présidentielles et législatives.

« À l’heure où les débats liés à la mobilité internationale, l’immigration et l’identité créent un phénomène de repli chez un nombre croissant de nos concitoyens, Zone Franche entre en campagne pour réaffirmer la réalité de la diversité culturelle en France. (…) Par la musique, nous souhaitons affirmer collectivement le droit de chaque personne à exprimer la richesse de son identité culturelle, à avoir accès à celle des autres pour faire humanité ensemble. Les musiques du monde, plus qu’un genre esthétique, sont un outil politique et social qui permet d’entendre concrètement ce que signifie la diversité culturelle, et de dépasser les assignations identitaires. »

Comment :0

Des hospitalités urbaines ?

Recherche et créations artistiques au coeur des migrations – Ateliers, débats, conférences. Organisé par le Polau en partenariat avec l’Université Populaire de Tours, CIMADE, P.E.R.O.U. Les 8, 9 et 10 mars – Point H^ut, St-Pierre-des-Corps (37).

En quoi la « crise des migrants » vient-elle bouleverser et enrichir nos territoires ? Comment peut-on s’autoriser un débat et des actions impliqués ? Une vingtaine de chercheurs et artistes apportent leurs points de vues sur les politiques d’hospitalité, les termes et formes déployés et, plus largement, sur la manière dont les migrations inventent nos nouvelles urbanités.

Comment :0

Question n°63 : éléments de réponse

Conférence/rencontre organisée par Les Laboratoires d’Aubervilliers. Le vendredi 10 février, Les Laboratoires d’Aubervilliers.

Yoann Thommerel et Sonia Chiambretto en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers depuis janvier 2015, ont élaboré collectivement dans le cadre des actions menées en lien avec le Groupe d’information sur les ghettos, le Questionnaire n°1, qui interroge les mécanismes d’exclusion et de repli. Cette rencontre publique est pensée comme une tentative de réponse à l’une des questions les plus brûlantes du questionnaire :  “63. Quel souvenir gardez-vous de ce qu’on a couramment appelé les « émeutes de 2005 » ? / Avez-vous l’impression que des événements similaires pourraient se reproduire prochainement ? / Le souhaitez-vous ? / Pourquoi ?”. Cette rencontre publique sera l’occasion d’accueillir l’anthropologue Alain Bertho.

Comment :0
Aller à la barre d’outils